Philosophons :

Nous réalisons un produit naturellement sain et goûteux que seuls des gens de métier peuvent fabriquer.
…………………
Les artisans que nous sommes sont, par excellence,porteurs des particularismes régionaux et individuels.
si nous devenons tous les mêmes, que pourrons-nous encore mettre en commun ?
…………………
L’économie de marché a généré un enthousiasme naïf, un espoir crédule de faire coïncider bonheur et consommation.
…………………
Mon glacier, un artisan qui me veut du bien.
…………………
Standardiser la planète des hommes au travers des produits marchands, percute de plein fouet la plus grande richesse de l’humanité, sa diversité.
…………………
L’individu se réduit de plus en plus à son état de consommateur immergé dans une société aux valeurs
strictement marchandes.
…………………
Notre vrai problème se situe dans notre relève. Ma plus grande crainte est l’ardeur que nos jeunes sont décidés à mettre pour s’affirmer en tant qu’artisans authentiques. Le travail est une valeur tombée en désuétude à l’heure où l’on revendique une qualité de vie avant tout au travers des loisirs.
………………….

La profusion sans cesse croissante de produits standards commercialisés chez des artisans sous des enseignes qui leur enlèvent leur identité, est une preuve de leur incompétence.
………………………
En plus de notre glace, offrons le plus beau cadeau qui soit à ceux qui choisissent de pousser notre porte : la joie de vivre et la convivialité.
………………………
Un con qui marche, va plus loin qu’un intellectuel assis.
………………………
A deux heures du matin, à quatre pattes sur un sol boueux, deux ivrognes cherchaient sous un réverbère les clés que le second avait perdues. Il pleuvait à verse, un vent glacial soufflait, et les deux hommes s’obstinaient depuis une heure à tourner autour de ce luminaire. Soudain, le premier, lassé de cette recherche pénible demanda au second s’il était bien sûr de les avoir perdues à cet endroit. Et celui-ci de lui répondre : « Cela, je ne sais pas. Mais ici, au moins, il y a de la lumière ».
Moralité : Notre monde en difficulté est dans ce cas tragi-comique. Nous ne trouvons pas les solutions pour répondre à nos problèmes mais nous continuons à essayer de les élaborer
selon les anciens schémas de pensée qui nous ont conduit à cette situation.
……………………….
Eduquer au bien-manger qui est aussi un bien-être et un bien-vivre, voilà toute la tâche de cet artisan qui nous veut du bien.
……………………….
Les temps sont durs, c’est vrai mais sont-ils la justification d’une attitude suicidaire et ’une paralysie qui ne peut qu’être mortelle ?

La seule et indéniable force concurrente sur le marché de nos produits est celle des industriels qu’il faut contourner non paspar l’affrontement (les forces sont trop inégales) mais par la différenciation.
……………………….
Sans doute la plus belle réussite à laquelle puisse prétendre un être humain, est-elle d’identifier, de trouver quel chemin va le plus lui permettre de s’accomplir et d’exprimer son individualité.
………………………
Cet état d’esprit d’axer toute sa valorisation et tout son pouvoir d’appel sur l’argument du prix est une gangrène pour l’économie d’un secteur. La première condition à un artisanat véritable et ambitieux est qu’il soit rentable et capable de générer les moyens de fonctionner et de s’effectuer dans les meilleures conditions.
……………………..
Mon principe n’est pas de foncer tête baissée mais de toujours garder présent à l’esprit qu’obtenir va toujours avec renoncer.
……………………...
Je n’ai jamais pu concevoir de réduire la réussite d’un artisan à un succès commercial. Le débat est bien plus large et, alors que certains ne conçoivent pas de réussir sans éclat ni tapage, d’autres ambitionnent volontairement davantage de confidentialité. L’ambition la plus enviable est certes celle qui s’assortit au bonheur de l’individu et qui est capable de discerner les moyens les plus adéquats pour y parvenir.
……………………..

On oublie souvent que la meilleure chose que l’on puisse faire
pour les autres, c’est d’être heureux.
……………………….
Aimer son métier de glacier, l’exercer avec bonheur et bonne
humeur est très certainement la manière la plus convaincante
pour plaider pour l’artisanat et la bonne crème glacée.
………………………..
Etre différent des autres, c’est ce que l’on appelle la stratégie
de différenciation, elle portera sur les caractéristiques qui intéressent le client que nous avons choisi. On ne peut pas plaire à tout le monde. Nous ne nous sentons d’ailleurs pas obliger de plaire.
………………………..
IL y a ceux qui voudront la qualité quel que soit le prix et ceux qui ne peuvent mettre le prix, même si la qualité les tente. Les premiers seront probablement clients pour des gâteaux moins chers, les autres ne mettront jamais un pied chez l’artisan même pour acheter une gaufre.
……………………….
Le consommateur s’interroge. Il se pose des questions sur la
qualité actuelle de son alimentation. Il recherche de plus en plus
des produits de proximité, dont il connaît l’origine, des produits
naturellement sains et goûteux que seuls des gens de métier
peuvent fabriquer.
………………………….
On peut choisir ou avoir envie de consommer un hamburger, cela
n’empêche pas de reconnaître que l’on mange mieux dans un
restaurant étoilé.
…………………………
S’accrocher à hier, être de son temps, anticiper sur l ´avenir… quoi que l´on dise ou quoi que, l’on pense, que peut-on faire d’autre et de mieux que d’être contemporain de son époque ?
……………………….
« L’artisanat est une activité manuelle à caractère traditionnel », Qualifie, je crois, justement l’artisanat. Nier l’attachement de l’artisanat a des valeurs traditionnelles de même que sa proximité avec la main de l’homme revient tout simplement t à nier l’artisanat.
……………………….
Jamais, dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons mangé à si bas prix. Toutefois il n’a jamais été aussi difficile de s’assurer de la qualité de ce que nous mangeons ou des conditions de dignité humaine de production.
………………………
Communément, la plupart a l’habitude de séparer le temps en deux, celui, pénible et monotone, du travail, et l’autre, ludique et amusant, des loisirs. Ils se trompent !
………………………
J’ai en tête une chanson de Jacques Brel qui m’obsède depuis des années. « L’aventure commence à l’aurore, à l’aurore de chaque matin. L’aventure commence alors que le soleil nous lave les mains. L’aventure commence à l’aurore et l’aurore nous guide en chemin. L’aventure c’est le trésor que l’on découvre à chaque matin. Pour Martin, c’est le fer sur l’enclume, pour César le vin qui chantera. Pour Yvon c’est la mer qui écume, c’est le jour qui se lève, c’est le blé que l’on bat, c’est l’odeur de la vanille qui nous caresse. »
………………………..
Plus les connaissances progressent en matière de nutrition et de diététique, plus la qualité de notre alimentation régresse.
…………………….
Parmi les êtres humains, il y en a pour qui la vie qui se déroule fait expérience et d'autres que l'existence qui passe laisse inchangés.
………………………….
La différence entre les deux est celle-ci : aux premiers, tout ce qui vient du dehors et même du dedans apprend quelque chose parce qu'ils raisonnent, réfléchissent et intègrent; aux seconds, tout arrive sans imprégner leur esprit qui demeure finalement inchangé.
…………………………
Motiver un jeune c’est l'amener à être content de son travail, lui faire sentir qu'au travers de ce qu'il fait, il est reconnu et valorisé.
…………………………
Parallèlement à de larges horizons nouveaux et porteurs de vastes espoirs, le XXe siècle aura aussi fait naître bien des démons prometteurs de saccages. C'est l'orgueil de l'homme désormais «tout puissant» qui se met à vouloir braver et contrarier l'ordre naturel qui le dépasse.
………………………….
Dans un marché intégré non seulement à l'Europe élargie mais aussi à un processus d'extension au monde entier, la pluralité, la diversité sont plus que jamais des réalités palpables quotidiennement.
Les générations, les races, les cultures se mélangent et tant mieux ! La porte est plus que jamais ouverte à la différence et à «l'enrichissement» individuel et collectif.
……………………………
Tout pouvoir vient d’une discipline et ce corrompt dès qu’on néglige les contraintes.

.......................................
L’être humain a un besoin vital de se sentir intégré à une société et de partager ses émotions et ses joies. C’est le paradoxe. Il opte de plus en plus pour une société automatisée où le seul interlocuteur qu’il a, est l’écran de son ordinateur, le terminal bancaire ou le « self scanning » d’une grande surface et il se plaint du manque d’échange avec les autres.
…………………………
Aimer les autres et se faire aimer d’eux. L’arme publicitaire totale. Vaincre l’indifférence pour réussir. Partager la vie de la communauté à laquelle l’on appartient !
…………………………
La meilleure odeur est celle de la vanille, le meilleur goût, celui du lait, le meilleur amour, celui des enfants. Le glacier a déjà la vanille et le lait à sa disposition, il lui reste à redevenir l’enfant qu’il a été lorsqu’il découvrait le monde.
……………………………
Nous terrassons l'essentiel au nom de l'insignifiant et nous prenons l'insignifiant très au sérieux. Le loisir moderne? L'art de brasser du vent travesti en surmenage.
……………………………..
Il m’est arrivé de rencontrer des hommes et des femmes pour qui l’amusement et le frisson est dans le métier qu’ils exercent. Le travail les réjouit autant que la fête et la seule raison qui les fait échapper à l’ennui est qu’ils ne font rien sans y mettre tout leur cœur et toute leur volonté de bien faire.
……………………………..
Au travers de mes apprentis, je constate que même les parents soutiennent les revendications de leurs jeunes pour qui les priorités en matière de qualité de vie vont le plus souvent au temps libre.

.........................................

Il m'est aussi souvent arrivé d'entendre ceci : « Des vacances, pour quoi faire ? Mon métier est ma passion et ma passion, c'est ma vie».
Très heureuse conclusion mais qui ne peut arriver qu'à ceux qui sont parvenus à se procurer cette incomparable qualité de vie : être passionné, faire de sa passion son métier, de son métier sa vie et de sa vie, une forme de bonheur.
……………………………
Apparue dans la seconde moitié du XXe siècle et tout d'abord assimilée aux sciences, l'écologie est aujourd’hui élevée au rang de la morale. Préserver et respecter l'environnement, participer à la sauvegarde de l'équilibre naturel est à ce jour une vertu, au même titre que la justice ou l'amour.
……………………………
Dans nos prix sont inclus TVA, service, ONSS, loyer, Sabam, vacances annuelles, prime de fin d'année, salaire garanti, précompte immobilier, cotisations Inasti et petits risques, dîners et blanchissage du personnel, assurances incendie, de travail, tempête et dégâts des eaux, bris de glace, responsabilité civile, voiture, perte de bénéfices, contribution au commissariat général au tourisme, taxes sur les spectacles et divertissements, taxes de séjour et de nuitée, eau, gaz, électricité, téléphone, cautions, combustible, cotisations aux associations professionnelles et de commerçants, frais d'annonce et de publicité, frais d'entretien, de parking, donations aux clubs sportifs, recyclage, achat des matières premières, frais de réparation, d'embellissement, de modernisation, d'installation, salaires, taxes d'environnement et sécurité, examen médical du personnel, taxes communales, d'ouverture, sur le personnel occupé, sur les terrasses, sur les paravents, sur la force motrice, sur les débits de bois-sons, sur la radio, sur le banc d'écailler, sur les enseignes et les éclairages au néon, sur les enlèvements spéciaux d'immondices, frais d'administration, frais de comptabilité, vol, fraude, impôt des sociétés, etc. ». Et c'est tellement vrai !
………………….
Un artisan ne doit jamais oublier cette règle qui fonde son savoir-faire : l'intransigeance dans le choix des matières premières. La seule chose que je puis dire à propos de toutes les alternatives qui côtoient aujourd'hui les matières premières nobles, est celle-ci : «Plus il y en aura qui y céderont, plus je vendrai mes produits! »
…………………………
Etre soi, oser se singulariser, ne pas se sentir obligé de s’assimiler aux autres.
…………………………
L’homme sage apprend de ses erreurs. L’homme encore plus sage apprend des erreurs des autres.
………………………….
Quand on prend de l’âge, la vie ressemble à un rouleau de papier wc. Plus on arrive vers la fin, plus cela se déroule vite.
……………………………
Ce n’est pas le patron qui paie les salaires, ce sont les produits que fabrique l’ouvrier qui les paient.
…………………………….
Une femme sans charme est comme un livre que l’on ne lit pas.
…………………………….
Nous n’héritons pas de la terre de nos parents,
nous l’empruntons à nos enfants.
……………………………
Le désir se mue en besoin vital et en impératif et, à chaque désir doit correspondre un objet en mesure de le combler. Le désir assouvi en ravive un autre et enferme l'individu dans une spirale infernale entretenue par le marché qui, volontairement, main-tient une véritable servitude du consommateur.
…………………………….

La jeunesse est souvent le réservoir de talents innombrables, pressés de s'exprimer et de s'épanouir. La reconnaissance par les aînés aide à naître et à s'ancrer ensuite dans cet ingrédient indispensable à l'épanouissement qu'est la confiance en soi.
…………………………
Ce qui importe, c'est de rester toujours capable de passion, de curiosité.
………………………………..
Au travers de chacun, j'ai trouvé un autre artisanat et j'en ai conclu que c'est justement la différence qu'offrait chacun d'eux en plus de la capacité et du désir de donner le meilleur de soi-même qui donnait la vraie définition de l'artisanat.
……………………………..
Un produit de consommation n'a jamais suffit au bonheur de quiconque ni à l'édification de son individualité et que déjeuner le matin entouré d'une panoplie affolante de propositions de produits n'a pas encore apporté la preuve, au contraire, que cela garantissait plus de cordialité à table ainsi qu'une meilleure santé physique et mentale!
………………………………
Etre artisan, c'est plus que jamais, sans doute, différencier son offre, la rendre incomparable, imperméable aux critères de prix et de qualité de la production de masse, la dépouiller en quelque sorte de tous les impératifs dictés en haut lieu par les stratégies commerciales, et l'imbiber plutôt de toute l'excellence d'un savoir-faire inégalable.
……………………………….
Revaloriser les bons produits de l’artisan c’est offrir de la bonne santé à ces enfants que l’on gave de n’importe quoi au lieu de les nourrir dans le soucis du respect de leur corps et de leur bien-être, c’est participer à ce souci devenu désormais prioritaire de lutter contre l’obésité et son cortège de symptômes, c’est peut-être aussi redonner l’envie de certains plaisirs, de certaines valeurs peut-être même, attachées depuis toujours à cette crème glacée qui, il faut bien le dire, ne ressemble à aucun autre plaisir.
………………………………
La pub a fini par dicter les comportements d’un consommateur qui achète par plaisir davantage que par besoin. Un itinéraire savamment organisé, des rayons installés sur base de conclusions d études poussées afin d’assurer leur rentabilité maximum… bref, l’espace de la grande surface est tout entier conçu comme un vaste « piège » destiné à susciter le désir, le besoin et l’achat.
……………………………..
La chance n’est, parfois rien d’autre que l’aptitude à repérer et à saisir l’occasion. C‘est maintenant qu’il faut comprendre que l’artisanat est une réponse valable à la volonté émerqente de veiller sur soi aussi au travers d’une bonne alimentation.
……………………………..
La vision est le premier sens qui, va éveiller l’intérêt, le regard a une portée assez lointaine.
L’odorat est le sens qui vient en deuxième position, car une bonne odeur qui se répand est un signal qui attire l’attention et peut faire naître l’envie.
Le goût imprègne la mémoire. Cette troisième position donnera l’envie de le retrouver au fil du temps.
………………………………..
C‘est vrai qu’ici, on est «enterrés», d’ailleurs, les gens nous ont pris pour des fous quand on a commencé. N’empêche, on sentait que notre place était ici, on avait été convaincu par notre grand-mère. Ce furent cinq années d’intense travail car il a fallu convaincre une autre clientèle que celle, locale, trop peu nombreuse, que nos produits valaient très largement le détour. Notre stratégie est de croire par-dessus tout à l’authenticité à la fraîcheur et à la qualité.
…………………………………
On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s’être marié(e), après avoir eu un enfant et, ensuite, après en avoir eu un autre. Plus tard, on se sent frustré(e) parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l’on sera mieux quand ils le seront. Mais on se frustre parce qu’ils sont adolescents et que c’est une étape difficile à vivre pour nous. On est alors convaincu(e) que l’on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape. On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint(e), quand on possèdera une meilleure voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite. La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. Si ce n’est pas maintenant, quand ? Ta vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer. Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux de toute façon.
Le Philosophe Francis Raemy, conseiller en Ressources Humaines, bientôt en reconversion professionnelle, a dit : Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer. La Vraie vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, quelque chose qu’il faille résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors, là, la vie allait commencer ! Jusqu’à ce que je me rende compte que les obstacles étaient justement MA VIE. Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas de chemin qui mène au Bonheur. Le Bonheur EST le chemin. Ainsi, amasse chaque moment que tu as encore, quand tu partages ce moment avec quelqu’un de spécial, suffisamment spécial pour partager ton temps, et rappelle-toi que le temps n’attend pas. Alors, arrête d’attendre de terminer l’école qu’on augmente ton salaire, de perdre 10 kilos, de te marier, d’avoir des enfants, que tes enfants partent de la maison ou, simplement le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver, ou de mourir, pour décider qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux. Le Bonheur est une trajectoire et non une destination alors :
. Travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent
. Aime comme si jamais personne ne t’avait fait souffrir
Nous avons des édifices plus hauts mais de moins belles vues ;
Des salaires plus élevés mais moins de sécurité ;
De plus grandes maisons mais de plus petites familles ;
Plus d’appareils ménagers mais moins de temps et de repos ;
Plus de diplômes et de titres mais moins de bon sens ;
Plus de savoir et d’informations mais moins de jugement ;
Plus d’experts, plus de problèmes, plus de médecins,
Moins de soins, plus de remèdes mais plus de maladies.
Nous avons multiplié nos possessions mais réduit nos valeurs ;
Réussi dans la vie mais pas notre vie ;
Ajouté des années à la vie mais pas de vie aux années.
Nous allons sur la lune mais nous sommes incapables de parler à nos voisins ;
Nous avons des revenus plus hauts mais le moral plus bas.
C’est le temps des fast food et des digestions lentes, des hommes plus grands et des caractères plus faibles, des loisirs plus nombreux avec moins de plaisirs ; des voyages éclairs et des aventures d’un soir pour rire ou pour endormir. Des bébés éprouvettes, des clonages et des opérations d’un jour. C’est le temps des grandes technologies : ce message vous est parvenu à la vitesse de l’éclair. Tu peux cliquer, deleter rapidement ou le méditer doucement et changer peu à peu …À toi de décider.
………………………